Le chantier naval Rolland du Diben

La création 

En 1928, Vincent Rolland quitte le chantier naval Pauvy de Carantec où il a fait son apprentissage pour s’installer à son compte au Diben.
La construction navale est plutôt prospère à en juger par les commandes immédiates : au printemps 1928, Vincent Rolland a déjà construit deux bâteaux de 5 et 5,50 mètres, l’un de pêche, l’autre de plaisance.
Entre 1928 et 1954, pas moins de 168 bateaux sortent du chantier Rolland : 17 périssoires*, 55 bateaux de plaisance, 96 bateaux de travail (pêche ou servitude).
La Madelon, première vedette à passager est mise à l’eau en 1938.
Elle assurera la liaison entre Saint-Quay-Portrieux et Bréhat.
Si la guerre ralentit la production, Vincent Rolland continue de construire malgré les difficultés d’approvisionnement et l’obligation d’entretien des navire allemands. 
En 1946, il achève toutefois la construction du plus gros bateau jamais construit au chantier :  Le Volontaire qui mesure 20 mètres.

*Embarcation à fond plat, pointue et pontée à l’avant et à l’arrière se manœuvrant à la pagaie double (aviron, skiff…)

Le Volontaire, chalutier en 1945 a été construit au titre
des dommages de guerre pour un patron pêcheur
de Saint-Quay-Portrieux. Les charpentiers posent avec la famille Rolland. 
La Fleur des Ondes, construit au chantier Rolland
en 1956 est sans doute le dernier bateau de pêche
motorisé livré avec des voiles. 

La continuité et l’innovation

En 1950, Vincent est rejoint par l’un de ses fils, Jean. En moins de quatre ans – de 1955 à 1959 -, ils construisent ensemble 10 bateaux de pêche et de servitude dont L’Étoile des ondes, un palangrier-langoustier de 16 mètres et
La Mésange, une vedette de transport de passagers de même dimension.

L’année 1964 marque un tournant dans l’histoire du chantier avec l’apparition progressive des nouvelles techniques de fabrication polyester. Il devient l’un des premiers concessionnaires de la marque française Bénéteau ; le Capelan, petit voilier plastique remporte un vif succès. 

Sans doute l’un des plus gros succès de Bénéteau, le Capelan a remporté un certain succès en baie de Morlaix, puisque le chantier Rolland a vendu 250 unités (neuves), sur 2 500 construites par Bénéteau.

Pourtant, le chantier continue de construire des bateaux bois,  Le Primel, dessiné par Jean Rolland (palangrier-langoustier de 17,60 mètres en 1962), des vedettes élégantes et rapides comme Belenos  (6,20 mètres en 1966), ou encore de nombreux côtres comme ceux de la série des Stérec.

Le chantier Rolland a construit de nombreux petits côtres de plaisance 


Entre 1960 et 1980, le chantier produit 75 bateaux de 4,50 mètres à 19,50 mètres dont 21 voiliers, 54 bateaux de travail et de servitude.

L’Hirondelle, bel exemple de construction de vedettes de transport
des passagers vers l’île de Bréhat, photographiée en juillet 1950.
Belenos en 1966, petite vedette 
de 6,50 mètres entièrement construite 
en lamellé collé contre-plaqué epoxy.

La succession

En 1990, Yann Rolland rejoint son père Jean au chantier. Ensemble, ils construisent une réplique du Reder Mor dans le cadre du concours Bateaux des côtes de France organisé par le Chasse-Marée. Il sera à l’eau pour les fêtes maritimes de Douarnenez et Brest 1992. Ils n’ont à leur disposition qu’une photo du navire original, construit en 1909 chez Pauvy à Carantec : une véritable prouesse technique.

Le Reder Mor (« coureur des mers » en breton) a été construit en 1907 et fait partie d’une série de trois navires de travail, commandés par un pêcheur et armateur roscovite (Jean Guyader) pour faire face à la croissance de la pêche au début du XXe siècle. Le chemin de fer permet alors d’acheminer le poisson dès le lendemain vers la capitale, très demandeuse. Le Reder Mor disparaît au mouillage dans la nuit du 8 octobre 1924 lors d’une tempête par vent de sud-ouest.

À partir de 2001, le chantier s’agrandit en ouvrant plusieurs concessions Bénéteau dans le Finistère. À partir de 2009, il exporte son savoir-faire jusqu’à Dubaï pour y construire une goëlette de 24 mètres et en Suisse avec la construction d’un bateau taxi pour Genève.

Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *